Le 5 novembre 2015

tumblr_nkngisdIdE1qelvl4o1_1280

L’admiration d’une boursouflure ciblent les corps qui se mêlent.
L’adrénaline concentre l’étourdissement d’une écorchure.
L’hématome en mouvement, de son poing, prend le pouls d’une position à la respiration coupée.
Les séquelles d’une silhouette à l’œil au beurre noir esquive la domination des dents qui tombent en concentration.
L’idole déchirement de la gestuelle en gloire porte l’euphorie des tempes qui tapent.
Le trophée en sueur déchire la déformation d’une esquive aux gants rouges.
La forte fracture maîtrise la joie mentale comme un sport de combat.
Le stress à l’honneur, il attaque l’individuelle blessure d’une compétition.

Quand les mots en ring, le comble bat.

Publicités