Le 6 août 2015

tumblr_ma501m7LJH1qahy1wo1_1280

Ça tourne pour pas que ça touche. Le mouvement écrase la pensée. Ça bouge pour avancer. Ça oublie. Ça dépoussière. Ça ouvre à de nouvelles perspectives. Le voyage nettoie. Les rencontres donnent de l’élan. L’amitié change les vitesses. Le lien caresse le doute et la maternité donne des crampes donc, ça grandi. Ça cherche l’instabilité d’une routine en continue. Venise me prend la gorge car, pourquoi pas. Y réfléchir sérieusement. Libre comme le vent. Agir. Sauter. Essayer. L’amour de se tromper. Escalader une montagne et tomber nez à nez avec une plage et se déshabiller encore. Approuver la nudité en plein soleil, en pleine intimité. Regarder un sein, une hanche, un bras, un sexe et respirer cette première beauté, fondation de l’être. Faire l’amour avec l’indépendance, l’écho d’un paysage qui vous prend les tripes. Suivre l’exemple des Femmes que je rencontre, qui m’inspirent et m’aspirent à la création. Croire en mes projets. Prendre des risques. Savoir que le retour approche, que le départ est sur les pédales et que je rentre dans une toute autre direction. Ça déménage. Ça archive un amour qui tourne en rond, en deuil et en ennui comme une possibilité hors-champ qui passe son temps à masser les gamineries. J’ai pris le temps de m’asseoir et d’écouter la fatalité de ce jeudi. Les yeux fermés mais les oreilles ouvertes, j’ai entendu mes pieds bourdonner.

Publicités