Le 22 juillet 2015

IMG_1707

Bretagne.

Les paysages sont mis à la porte, tout simplement, à la belle étoile. La beauté étourdi bien plus que le sommeil. L’air a une haleine humide. La pluie navigue musicalement, hantant les vieux ports. La Bretagne salive en permanence, elle est en nage. Elle brasse les étendues sauvages afin de ne pas leurs permettre l’habitude à la volupté fainéante.

La nature dans un panier en osier. Les nuages en terrasse. Il faut bien être quelque part la nuit, en attendant le matin, couché sur l’horizon.

Les paysages on ne peut que les laisser au grand air, à cause de l’odeur respectueuse qui s’en dégage. Et puis ici, c’est la métaphore d’un poumon, ça respire le large.

En mer, l’eau semble être étalée comme une peau morte, seule la surface peut être caressée par le coude contrarié du ciel qui s’y appuie. Cette nuit, celui-ci semblait granuleux.

Tandis que ma vue profite des arbres, poissons décharnés, arêtes apparentes ; je me dis que c’est confortable de grimper sur le dos du voyage, ça courbe les problèmes du ventre aux genoux. Puis la nuit est bouffie et on s’endort.

Publicités