Le 17 juin 2015

11354895_10206746884501409_136960292_n

Ca circule. Ca frissonne. A pas de géant.
Je n’ai pas peur. J’ai peur. Je sens que. Ce n’est pas cohérent. C’est pour ça que je ne parle pas, que je ne te dis pas que.

– Je n’ai jamais compter jusqu’à 1000
– J’ai déjà planté un basilic
– Je n’ai jamais vu le désert

Je suis muette. Je voudrais faire ça. Avouer ça. Je le retiens. Je l’étouffe. J’ai peur que tu partes avec. Avec ça, avec tout ça. J’ai peur. Ce n’est pas cohérent. J’envoie. Je donne. Un peu. Un tout petit peu. Juste à peine. Je fais des phrases brèves. On se manque un peu? On se comble un peu? Et si on chutait? Comme ça. J’écris une chose. Je la regrette. Je regrette la chose. Je sens que. Tout ça n’est pas cohérent. J’aime les arbres. J’aime les couleurs naturelles. J’aime la nudité. Ta nudité. Je suis active mais quand tu es là, l’activité se fatigue et je veux tout entendre, tout prendre, tout sentir. J’ai mal au ventre. Ce n’est pas cohérent. J’ai froid souvent. Je suis distante. La distance ça protège de. De moi. Je sais mais je me tais car.
Je pars
Tu pars
Il part
Nous partons
Vous partez
Ils partent
Je suis à l’aise dans la distance. Tu veux savoir? L’insoutenable légèreté de l’être. Etre léger. Tu veux savoir? Je vais te dire. La prochaine fois. Oui, la prochaine fois. Je me donne un peu. Juste à peine plus. Je recule. Je dis que je ne veux plus. J’ai envie d’être là bas. Dans une maison abandonnée au bord de l’eau. Tu pourrais peut être. Et moi. Ecrire.

Des feuilles. Des vastes étendues. Du vide. Des pierres. Des bruits naturels. Tu en as envie? On prend ce risque? Peut-on prendre le risque de parler? De s’écouter? De se dire les choses. Toutes sortes de choses.
J’aime ton odeur. Je m’en rappelle. Et mes pieds froids. Et je bouge. Un peu. Beaucoup. Je me range. Dans une armoire. Mais la prochaine fois. Je te dirais que.

– J’aime quand il est 17 heures en hiver
– Ne pas portez de soutient-gorge
– Faire du vélo les pieds nus.

Et d’autres choses aussi. Peut être. Si tu veux. Ma cage thoracique se desserre.

Et je me suis mise à compter, un mississippi, deux mississippi, trois mississippi…

Publicités