Le 11 janvier 2015

tumblr_nhxhg97xXJ1tx9g7xo2_1280

Comme l’impression d’être un papier embrouillé et froissé, prêt à être jeté dans une corbeille. Ma surface se recroqueville parce que trop de pour trop peu de place. Et ça s’en va et ça revient comme une chanson populaire.
Un côté de corps insonore, normalement à l’écoute de rien mais là, ça fait trop de bruit, il y a trop d’hommes. Omniscience instable.
Tout accident tel. Axes et dentelles. Tellement fragile. J’y comprends rien.
Romantique debout, endormi couché. Coucher pour coucher où s’en va le désir quand il fait froid? Les faits ébouriffent un sentiment analphabète. Ils ricochent sur le corps telles des boulettes, un jeu de piste qui n’a plus de plateau de jeu. Trop plat. Trop tôt. Trop « je ». L’égoïsme se manie en deux parties mal identifiées.
Certains ont la tentation de malmener le doute insoumis pour arracher ce qui est difficile à concéder. L’idée masochiste se rengorge. Gorge déployée, prête à être embrassée par celui qui. Contradictions paradoxes, tout est faussé, comment s’y retrouver?
Au coeur de l’intimité. Insensibilité sensible de la jouissance frigide qui sans itinéraire s’en va en cavale pour ne pas sentir. Cent tirs, droit dans le mille. Millimètre par millimètre. Mettre dans l’absence la permanence d’un plaisir éprouvé sans parvenir à la résolution de se lancer à corps ou coeur perdu dans ce qui se présente car, présentement, tout est trop maigre, ou trop paternel, ou trop confus. Fût-il un jour claire le doute? Ou tu ou il.
Tuile du latin « tegula », nom féminin comme un « NON! » féminin d’un carreau peu épais fait de terre pour taire le tantôt plat, courbé, cylindrique dont on se sert ou que l’on serre pour couvrir les maisons et les besoins d’être protégée.

(Populaire) Accident, imprévu, que l’on ne peut éviter.
– Il m’est arrivé une tuile.

Publicités