Le 30 octobre 2014

tumblr_mhtmhi2Zmo1ri2k9po1_500

Ma pièce a retourné sa veste quand elle s’est aperçue qu’elle était doublée d’une voix d’homme puis de femme. Triangle équilatéral qui fait pencher la balance dans la sonorité.
Quand l’écho brise les reins, les mots sont pourboires et mes illusions donnent sur la cour. La courte échelle d’une séduction qui fait la belle pour apercevoir le regard d’une éventuelle désinvolture.
Je donne mon histoire, ma mise en scène et mon quai de gare. La femme de un devient la femme des uns sous le corps des autres à des soupirs de volupté. D’abord on dit vous puis on dit tu puis on dit tout; tout ce qui ce conte au plafond lorsque le sommeil tisse sa toile et laisse l’esthétique de l’inquiétude sur les paupières d’une accalmie.
Sait-on jamais où va l’inspiration quand elle vous quitte, où elle s’en va, quand elle s’en va, qui sait?

Les yeux brûlent la bouche de l’incompris. Tout se tait même la pomme la plus bavarde. Le nez est l’idiot du visage car incoupable au couteau il est un coupable ou se tiennent à l’aise toutes les confusions. Vous parlerez à l’amour une fois qu’il aura mangé.

Publicités