Le 21 octobre 2014

tumblr_ndgjhdUyqq1rgktkgo1_1280(1)

Les pieds battent des paupières, ils ferment les yeux et les notes sur dimanche.
La respiration grimpe sur le chantonnement comme la vieille connaissance d’une inconsciente spontanéité. Et ça pèle la retenue.
Je suis bloquée dans une respiration sans souffle. Le désir m’étrangle et le besoin se pend à un tissus bleu. Le parquet s’en moque, il a besoin d’attache.
Son manque saute son à son, il vole à l’écho les images susceptibles de plaire. Tout de dos. Le cou long. L’intérêt sans vérité en dit long sur le coût d’une ambiguïté entre homme et femme. La séduction tient le nez entre les cuisses dans les affaires d’un simple croisé qui n’a lieu que là où être devrait être plus en marge qu’au milieu d’un quadrillé.
Jeunes hommes asseyez-vous donc sur une chaise ou sur étage. Etat sage sur un piano/forte en ascenseur.
Pianissimo, ça va trop vite. La partition en si mineur est en majeur. Etant majeur elle a grandie, l’excitation chausse à présent 25 ans.
A pas de souris. Appât qui rit. A pas de géant. Appât gênant, il l’est.
Je n’aime pas savoir qu’ici, je te parle indirectement.
Ma bouche a le dos droit, elle est maintenue par le bavardage.
Fortissimo oui, mais crescendo.

Publicités