Le 20 août 2014

tumblr_mk2gcsFjHg1rn12fjo1_500

Je marche au bord du gouffre avec un maximum d’élan. Improbablement étroit. Le souvenir dans la bouche laisse un arrière goût indigeste mais sans doute faut-il tenter des essais de ce type pour arriver à un dégoût particulièrement arrosé, totalement réussi. Les fantasmes restent gluants. L’avancement progresse. Le préexistant des scènes ratées. C’est du côté du néant que se situe la surprise. Dans un premier temps il y a l’intuition, les mouvements qui passent en boucle, qui retroussent leurs manches pour découvrir le sens. Le savoir-faire, celui qui cache le vide dans la beauté d’un arbre isolé, l’élément dans toute sa franchise. L’activité: être vivant dans l’instant. Explorer cette forêt inextricable. Il y a la création sertie comme un bijou dans une éponge. La frustration joue avec le désir sans jamais que la chose n’arrive. Lever la jambe et le coude en même temps, revers de la médaille. Une posture malencontreuse. La nausée menace mes paupières, c’est la peur que je brique avec délectation. Et l’on montre nos dents de cette somptueuse déconfiture qui donne corps et raison. Attirer son regard. L’élargir. L’épater. Appâter un mal de ventre. Rentrer dans un corps par le nombril pour l’occuper un peu. Réchauffer les doutes que le temps refroidi pour déglacer la maladresse d’une rigidité. Se défaire de la gestuelle savante et contrôlée, la logique n’a plus d’axe. Ruptures et désarticulations imbriquées sur des chemins complexes. Mon corps ose la narration, les claquettes et l’acrobatie. Je danse sur les papiers étendus au sol. Éloquence abstraite. J’essaie de me montrer à toi, magnifiquement vulnérable. Le mouvement sculptural; épais dans sa fulgurance qui saisit mon corps tout en l’exténuant. La chair est une ligne droite. L’élan et la précision. L’abandon, l’impulsion où l’humain perd pied dans n’importe quel ressenti. Ce que le corps imprime et que l’esprit oublie. Agir et agiter.

Le corps à corps, le sous-la-peau, l’odeur du corps, la palpitation sous les poils, la chair, l’organique, le charnel, le sensuel, la sueur, la moiteur, le palpable. L’être humain avec ses fragilités et ses blessures: ses secrets se cachent sous sa peau. Une beauté.

La respiration pour détendre les articulations émotionnelles. Une légère accélération.

Publicités