Le 19 mai 2014

tumblr_m1e49gaova1r9d7rxo1_1280

La privation coincée dans les reins, la lourdeur d’une indifférence qui s’envole par-dessus les épaules par un geste circulaire. Circulaire comme circuler, décamper, courir, partir alors que l’attirance à décidé de se coller à mes pieds et de compter sur le cheminement de mes semelles.

L’impatience à la langue pendante, elle hésite, elle doute, elle se méfie, elle se tâte à décamper.

L’incompréhension est derrière la porte, dans une tasse à thé ou bataille dans les rideaux. Elle est favorisée puis sucrée par les carences. Même le souvenir n’est plus aussi moelleux qu’il en avait l’air.

Je guette l’impossible, illusionnée le temps d’un instant par la conviction pathétique d’un baiser sur le ventre. L’égard des lèvres sur une peau neuve, le découlement d’une attention dans le bol d’une cambrure de main.

Menteur ou frivole qui va là ?

Les questions dans le soleil me monte à la tête comme une roue exténuée et j’en capture les notions, je les calque en les éclairant grâce à des mots. Par le harcèlement d’une instance, d’un bien-être fracturé, d’une imposture broyée.

De retour du corps à corps, devenu le fil à fil d’une inscription injustifiée qui aurait réveillé ce que masque les cailloux.

Maintenant à la tête prise au collet et l’énervement ne tient plus en place, il est assis sur une soufflerie d’air. Le sang-froid dans la hure du ronfleur peine à trouver son reflet. La discorde dort masquée, momifiée dans les silences qui se tressent à l’insignifiance de l’air déchaîné.

Le hasard se débat contre les papillons qui sont devenus mouches.

Le corps vient de grandir, le souffle de s’éparpiller et moi, je croyais apercevoir un soupçon de lucidité.

tumblr_m1e49gaova1r9d7rxo2_1280

Publicités