Le 25 avril 2014

Immortalisé par Edgar Degas dans un bar parisien, ce couple semble comme engourdi par la consommation de fée verte. En fait, il s’agit de deux connaissances de l’artiste, une actrice et un peintre, qu’il avait l’habitude de retrouver au café de la Nouvelle Athènes sur la place Pigalle à l’heure verte, soit au moment de l’apéritif.

Au milieu du XIXème siècle, Paris était un lieu de débauche. Dans les maisons de joie, le samedi, les filles dansaient le cancan sans sous-vêtement.

Pendant que la jeunesse ouvrière noyait son existence dans le vin bon marché, les écrivains et les peintres affichaient leur préférence pour l’absinthe, une boisson alors très en vogue. Cette eau-de-vie était l’unique alcool fort que les femmes pouvaient s’autoriser de boire en public sans craindre d’être discréditées.

Avec la fée verte, le poète Charles Baudelaire atténuait les symptômes de sa syphilis, tandis que le peintre impressionniste Camille Pissaro en savourait les vertus psychédéliques. Les détracteurs de l’absinthe stigmatisèrent la fée verte en proclamant qu’elle conduirait à la perte de la société, à l’image du tableau de Degas – qu’il a par ailleurs peint dans son atelier. Quant aux deux modèles, ils ont rencontré des déboires à cause de ce tableau et l’artiste a dû certifier qu’ils n’étaient pas des ivrognes.

Publicités