Le 17 février 2014

tumblr_m9gd9hDcLy1ql31cso1_500

Encore. Toute de noir vêtue pour en sortir en ligne droite. Plutôt plate. Seule. Non. Et l’homme ? Débarrassée enfin pas tout à fait. Surprise ! Elle veut. Combien ? Un chiffre advienne que pourra. 12. De quoi garnir l’alphabet. G ou K ? J’ai au cas ou un plan B. B comme Benoît. Rendez-vous avec un coup du sort ou de foudre mais un cou long et droit qui lève les yeux sur ce dos. Ré. Mi. Ainsi de suite. J’en vois un. M’en détourne. Puis un autre. Au loin. Toujours au loin. Beaucoup trop loin. Partons vite. Immobiles ou s’éloignant. Jamais vers elle. Ou elle oublie. Où est l’oubli? Assez. La nuit par temps clair. Partant comme l’éclair. Aux oubliettes. Avec la lune ou sans. Mais noire. Sous le clair de lune parfois. L’envie-t-elle ? Ah! L’imaginaire profane la mesure inhabitée. Obscurément. Jusqu’à se laisser voir en détail et en dentelle. En long. En large. Pendant un temps. Un temps très long. Quelles sont les soupirs qui font pencher la tête du côté où tombe l’illusion ? Ne que ! Mais vivement me saisir là où je ne m’y attends pas. Ainsi dire uniquement l’hiver. Hiver elle erre chez elle l’hiver. Loin de chez elle. Moi. Tête basse elle parcourt à pas lents la neige en changeant sans cesse de sens et d’équilibre. Tout autour. Eux. Les ils. Les probabilités d’un amour. Au loin. Immobiles ou s’éloignant. Elle lève les yeux puis tombe dans un soupir qui penche d’un côté mais en voit un. S’en détourne et en voit un autre. Elle se fige encore. C’est le moment. Ou jamais ? Non ! Empêche ou en pêche ? Le temps de croire entrevoir un début de printemps. A plus tard le visage. Juste le temps. Avant que l’œil se baisse tout comme la garde qui garde et défend. Devine. Qui de sienne est autre?

Publicités