Le 22 janvier 2014

2014-01-22 09.34.15

Me voilà dans une situation en porcelaine. Une de ces situations où toucher laisse des traces dont on ne souhaite pas se souvenir. Une situation cotonneuse où tout semble lourd et irréel.

J’ai l’impression d’être dans un lieu spongieux où tout nous absorbe et nous mouille. L’air est humide. L’odeur à la froideur des hôpitaux.

Ce sentiment étrange m’inspire car, je ne le connaissais pas et j’ai l’impression d’être si fragile et maniable. L’instant me tient par des ficelles. Je suis anesthésiée. Suis-je en plein songe ?

Ma gorge est serrée et mon cœur me fait mal. En secret, je pensais qu’elle était immortelle. Je pensais qu’elle était Superwoman et que la vie n’aurait jamais le pouvoir sur elle. Elle avait trop de cran, trop de force. Même la mort, je m’imaginais qu’elle était capable de la narguer en la sifflant. La maladie, sa maladie, elle l’empoignait et la faisait saigner du nez.

J’ai envie de vomir.

La nuit a été interminable. Fermer les yeux me la rendait. Comme si mes paupières portaient son nom et son image. J’ai donc préféré les garder ouverts. C’est parfois confortable de regarder la vie droit dans les yeux. Ça montre qu’on n’a pas peur, même si notre culotte semble déjà mouillée.

Janvier se casse la figure et rend mon demain légèrement boiteux. C’est comme si je ne savais plus marcher. Plus courir, plus respirer. Est-ce que l’air est ébranlé lui aussi? Est-ce que mon ventre est devenu fou? Le moindre de mes gestes panique. Je reste immobile dans l’encombrement.

Et j’attends. J’attends la bonne nouvelle. J’attends la légèreté d’une chute. J’attends que le sommeil capricieux me botte les fesses. J’attends que ça se range tout seul.

La vie montre de jolies feuilles mais lorsqu’on s’y penche, la pourriture prend très vite ses aises dans nos narines et de l’ambiance en générale.

Ma nonna était gargantuesquement belle et digne. Et d’un simple sourire et malgré les circonstances, elle nous menait tous en bateau pour nous rassurer.

L’heure est arrivée. Au revoir mon Capitaine !

Publicités