Le 12 janvier 2014

tumblr_lu5gmvKKMR1qzoly9o1_500

Sur le bord d’un verre à pieds, le vertige d’une marque de lèvres tente à se noyer tout comme l’idée d’une vie à deux qui s’élève comme un filet qui tremble.

Fleurir sous la peau. Cacher des pétales entre ses doigts et les faire éclater comme des ballons.

Naviguer entre les poils frissonnant. Ramer quand ça ne va plus.

Aspirer la poussière et les nuages par la fenêtre que j’ouvre pour prendre l’air alors que l’air se prend pour le nombril du monde.

Le désir fait du coude à l’ennui qui se prélasse sur le canapé du quotidien qui lui nous dissimule certaines contrariétés sous son chandail.

La certitude se casse la figure face au couple qui a déjà pris sa place.

La gaieté gifle.

Je te mange des yeux cachant l’envie dans mes joues.

Le silence porte des talons tapageurs et le bruit fait des boucles sur l’écoute la plus lisse.

La nuit tombe en verticale et tient le cou bien droit serrant les bavardages comme un col.

Quand le dos s’inquiète, l’épaule devient folle et la fêlure casse du sucre sur les flancs de la patience qui trop large à la langue immobile.

L’impossible ouvre la posture et la portière sur les chevilles d’une femme sauvage à bec plat et au plumage alourdi.

Rien ne vole encore. Rien ne bouge.

L’orage se dessèche.

Publicités