Le 11 décembre 2013

tumblr_mugm74yOLD1rml4h6o1_1280

Des corps confluents, casaniers, inentamés par le fil des âges contemporain. L’impétuosité en mouvement ou mollement au repos, sur un fond de tricot emplâtré et prêt à être figé par les coïncidences. Volontairement feutré, bigarré par la douceurs des idées égarées.

Des demains sains, sans lendemain. Des hymnes à la vivacité comme provocation à la rage et à l’euphorie qui se moquent des sages excitations en manque d’allégeance. De gouvernance.

Les corps et la maladresse en forme de pureté. Point de condensation de bulles ensalivées de ce qui est vrai ou de ce que l’on voudrait concret.

Page après page, obsessivement archivé par les matins d’orages, les mots masqués par des gribouillages, les hésitations prêtes aux dérapages.

Camps itinérants. Quand les malvoyants s’en vont friands et riants là où il ne pleut pas.

En marge des cadres bucoliques, des abstractions stoïques, des papiers lignées frénétiques.

La maille tisse sa toile de fond sur l’horizon qui avance à reculons sur les questions qui vacillent de gauche à droite, de réel à virtuel et s’envolent comme un ballon prit au piège dans une ventosité qui siffle au loin des pieds marins.

Publicités