Le 1er décembre 2013

tumblr_mtjfvmCkdm1qasqopo1_500

L’intérêt est parti discrètement sur la pointe des pieds, en faisant un pas de valse, en diagonale avec le bruit délicat que fait le bonheur en partant. Il ne voulait pas déranger, il m’a dérangé au-delà de tout. Je suis en phase de rangement, encore.

L’intérêt a commencé en septembre et est tombé délicatement, comme les feuilles. Il n’y en aura plus avant le printemps.

Si je dis que je vais bien, je mens. Si je dis que je vais mal, je mens aussi. Donc, je vais. Tout simplement. C’est rien, c’est tout mais de presque rien on arrive à quelque chose et ça, c’est un grand pas pour les peureux.

L’hiver s’enfile comme une perle sur le fil de décembre. Il prépare sa tenue de fête malgré le clair-obscur, le mort vivant comme synonyme des gens qui sont et vont là où il ne fait ni trop chaud ni trop froid.

L’odeur de la soupe abuse de ses charmes et roule sur le sol jusqu’à nous faire un croche pied. L’appétit siffle.

Le balai passe la main sur la poussière laissant la propreté comme empreinte.

La lumière légère du jour a des vues sur les intérieurs douillets. Je crois que l’aube nous guette. La nuit préfère aller se cacher.

Les nuances se font rares. Les extrémistes ont l’exclusivité.

Exclusif, voilà un mot culotté de dessous provocants. Une sonorité vive, acérée, offensive. Une taillade à vif d’une ouverture plus tolérante moins fanatique, plus éclectique.

Publicités