Venise, le 18 juillet 2011

Tandis que la vie s’étend dans l’air qui fait le beau, les façades fatiguées s’étirent comme des plumeaux allant jusqu’à chatouiller les aisselles du ciel qui, rieur se met à pleurer.

Les cordes de linges faufilent les murs, celles-ci, telles des filets de bave. Des ombres épaisses se prélassent le long des rues comme des ivrognes paresseux. L’été, des nuages chargés d’humidité flottent comme des nénuphars sur le bassin lumineux du ciel.

Aux terrasses, les touristes commandent des pâtisseries d’où les couleurs capricieuses attisent les papilles des plus vulnérables. Ici, les bistrots sont aussi fournis que des grappes de raisins et les gourmands commandent le temps au menu avec un appétit continental. Il y a des floraisons bourgeoises sur la carte du jour. Les mets donnent quelques indications sur eux-mêmes mais, juste un aperçu fugitif, comme une clé avant la première mesure de musique destinée à être jouée sur les modes mineurs de l’imagination.

Sur les tables, les fourchettes et les couteaux en argent télégraphient l’existence des futurs saveurs. Plus tard, le grotesque des têtes coiffées en coup de vent et les bouches écarlates des femmes ouvrant et avalant goulument la lumières des bougies amusera la galerie marchande comme un spectacle de marionnettes ventriloques.

Les voix des serveurs deviennent frénétiques sous les coups de fouet occasionnels des langues étrangères.

L’odeur des restaurants se balancent et tournoient comme des rubans légers dérivant et s’entrechoquant sur l’appétit des passants. L’été rit doucement sous sa cape ensoleillée aux coins des rues.

Venise est une esquisse à la plume et les gondoles féminines, aussi allongées que les cils longilignes d’une femme s’étirent et séduisent les regards alléchants des amoureux.

Les ruelles bourdonnent comme un orchestre invisible qui tente de s’accorder.

Dans cette ville luxueuse qu’est Venise, on y voit des maisons dignement habillées de cols blancs et de manchettes.

Et les rengaines sur les amours d’été.

Publicités